Tenir un blog professionnel : est-ce qu’on ne pourrait pas s’en passer ?

"Tenir un blog professionnel, écrire régulièrement des articles, ça représente un budget ou ça prend du temps et on ne sait pas trop ce que ça rapporte."

C'est, de manière résumé, le reproche qu'on entend au sujet de la tenue d'un blog. Et dans certains cas spécifiques, peut-être est-il justifié.

Mais pour beaucoup d'entreprises ou de professionnels, un blog est le support le plus accessible et le plus efficace pour :

  1. Augmenter le trafic naturel durablement (et bénéficier d'un effet exponentiel)
  2. Animer les réseaux sociaux, montrer qu'on est actif (et rediriger vers de véritables landing pages)
  3. Modeler son image et promouvoir ses valeurs
  4. Et, infine, gagner davantage de contacts qualifiés

Alors, peut-être faut-il poser la question autrement.

  1. Peut-on augmenter son trafic naturel sans blog ?
  2. Est-il possible d'animer ses réseaux sociaux sans blog ?
  3. Comment travailler son image sans blog ?
  4. Peut-on générer la confiance et gagner des contacts qualifiés sans blog ?

1. Peut-on augmenter son trafic naturel sans blog ?

C'est vrai, ce n'est pas simple de créer un blog professionnel et de l'animer sur le long terme, mois après mois, année après année.

Et en plus, on n'en voit pas tout de suite les effets.

Car nous n'allons pas nous mentir : les premiers mois, ce n'est pas le rush. À moins de disposer d'un budget pharaonique pour concevoir et promouvoir vos articles, vous ne verrez pas votre courbe de trafic atteindre les cimes dès le 4ème article publié.

Non, le Père Noël des blogs n'existe pas

Maintenant que nous avons planté le décor, et brisé peut-être quelques illusions au passage, posons-nous la question : existe-t-il un meilleur moyen que publier des articles sur un blog pour augmenter sa visibilité sur les moteurs de recherche ?

Vous savez, lorsque les internautes posent des questions ou recherche un produit précis ?

Distinguons :

  • d'une part, la visibilité sur 5 à 20 mots clés phare
  • d'autre part, la visibilité sur toutes ces déclinaisons de mots clés, qu'on appelle la "long tail" ou longue traîne.

La spécificité de cette "longue traîne", de tous ces mots ou expressions comprenant 2, 3 voire 4 mots ? Ce sont des requêtes précises, contrairement aux requêtes à 1 ou 2 mots clés. Vous n'avez pas la même intention de recherche dans "parfums pour femme" et dans "Kenzo world eau de toilette". Or, vous ne pouvez pas faire l'économie d'une visibilité sur les uns et sur les autres.

Google Ads : la solution pour être visible sur les requêtes génériques ?

Les requêtes plus génériques sont plus difficiles à truster et vous pouvez compenser la concurrence naturelle sur ces requêtes par une campagne Google Ads.

Et il est vrai que le SEA (Search Engine Advertising, publicité sur les moteurs de recherche comme Google Ads, Bing Ads...) est une solution pour apparaître rapidement sur des requêtes très concurrentielles, sur lesquelles il vous faudrait déployer au moins autant de milliers d'euros en référencement naturel, incluant la production de contenus, pour apparaître naturellement.

Mais c'est un budget : sur certaines requêtes, le CPC (coût par clic) atteint 2, 3, 4 euros, voir plus. Tout dépend de votre secteur et du mot clé en question.

Et Google Ads, pour ne parler que d'eux, exige également que vous redirigiez l'internaute vers une page avec du contenu de qualité, pertinent.

Être visible sur la longue traîne si vous optez pour le référencement payant plutôt que pour le référencement naturel

Enfin, reste le sujet de la longue traîne, soit toutes ces déclinaisons de mots clés et d'expressions spécifiques sur lesquelles il est également stratégique de se positionner, si vous optez pour la solution du référencement payant, plutôt que pour le référencement naturel.

Si vous avez du temps et peu de moyens, vous pouvez vous amuser à chercher toutes les déclinaisons de mots clés, une par une, et les copier-coller dans vos groupes d'annonces.

C'est traditionnel, c'est authentique.

C'est bien. Mais qu'est-ce que c'est long.

Si vous avez du budget, c'est votre agence SEA qui s'en chargera : c'est leur travail.

Si vous avez les ressources nécessaires en interne, un développement vous permettra d'obtenir des déclinaisons de mots clés (presque) à l'infini, à partir d'un catalogue produits par exemple. Cette solution convient plutôt bien aux sites ecommerce, moins aux aux sites "vitrines" -ceux qui servent à récupérer des contacts qualifiés et qui n'ont pas de liste d'articles.

Blogger : joindre l'utile pour vous à l'agréable pour les internautes

Une solution consiste à travailler cette longue traîne en proposant aux internautes des articles de blog divertissants ou inspirants, qui abordent plusieurs aspects du sujet traité, et qui donnent envie de vous connaître.

Tenir un blog professionnel, c'est joindre l'utile pour vous à l'agréable pour vos publics-cibles : non seulement vous travaillez votre longue traîne de façon naturelle, mais en plus cela donne une excellente image de vous aux internautes avides de conseils et d'inspiration. Et ce, quel que soit votre secteur et votre public.

2. Peut-on alimenter des comptes de réseaux sociaux sans un blog professionnel ?

Pour alimenter des comptes de réseaux sociaux, vous avez deux options :

  • la curation,
  • la production.

La curation, mot peu ragoûtant on vous l'accorde, consiste à poster des contenus créés ou diffusés par d'autres : articles, visuels, memes, etc... Et heureusement d'ailleurs qu'il est possible de poster le contenu créé ou diffusé par d'autres sinon les réseaux sociaux feraient banqueroute. En effet, nous n'avons pas tous le temps de créer de magnifiques vidéos et de splendides infographies. Certains le font bien mieux que nous, nous permettant au passage de montrer à nos abonnés, aussi, que nous sommes capables de trouver des sources d'information intéressantes pour eux.

Sauf que lorsque vous publiez cette superbe infographie réalisée par un autre, c'est l'identité de cet autre que vous diffusez. C'est son logo qui est en bas, pas le vôtre. Idem lorsque vous publiez une vidéo produite par un autre : à la fin, c'est le nom et les coordonnées de celui qui a produit la vidéo qui s'affichent, pas les vôtres.

Publier des contenus réalisés par d'autres, c'est les aider à les diffuser

Publier les contenus des autres, c'est pratique en effet. Nous aussi, nous le faisons.

Mais lorsque vous publiez l'article d'un autre sur vos réseaux sociaux, par exemple, vous aidez ce producteur de contenu à diffuser son contenu. Lorsque l'internaute clique sur cet article, c'est sur le site de cet autre qu'il atterrit, pas sur le vôtre.

C'est autant de travail de diffusion que vous faites pour ce producteur de contenu que vous ne faites pas pour vous.

Certes, publier sur les réseaux sociaux du contenu exclusivement produit en interne demande des ressources importantes. Aussi, il est judicieux de trouver un juste équilibre entre la curation et la production en interne, notamment en définissant des priorités.

Par exemple, en misant vous-même sur votre audience.

Prioriser certains contenus en fonction de leur portée potentielle auprès de votre audience

C'est un axe de réflexion pour votre production de contenus destinés aux réseaux sociaux.

Plutôt que de vouloir reproduire la stratégie de vos concurrents -qui ont dix fois plus de budget que vous-, mieux vaut prioriser les contenus qui sont susceptibles d'intéresser vos audiences sur vos comptes sociaux.

Intéressez-vous à votre audience : qui sont-ils/elles ? Vos clients ? Vos partenaires ? Quels sujets sont susceptibles de les intéresser, au point qu'ils aient envie d'interagir avec ? De les republier à leur tour ? A quoi ressemblent-ils ?

Pourquoi se focaliser sur ce type de réflexion dans le cadre de la production d'articles destinés aux réseaux sociaux ? Tout simplement parce que pour mesurer la part de visibilité naturelle qu'il accorde à un compte, un réseau social accorde une attention particulière à l'engagement des abonnés/followers/fans à un compte ou une page.

Votre objectif est donc de publier des contenus qui plaisent à vos abonnés, qui les interpellent, qui leur ressemblent et qui leur donnent envie d'interagir avec : votre visibilité sur les réseaux sociaux en dépend.

Un exemple ? Cet espace de coworking. Nous n'obtenons jamais davantage d'interactions naturelles et spontanées que lorsque nous postons des interviews de résidents sur le blog, ou des photos d'une nouvelle déco. Les abonnés y reconnaissent des personnes qu'ils côtoient, dont ils connaissent le métier, et partagent les difficultés et les réussites.

L'illustration de vos articles doit (aussi) faire l'objet d'une réflexion

Cela signifie également que l'illustration des articles que vous produisez pour vous réseaux sociaux doit faire l'objet d'une attention particulière. Les illustrations que vous utilisez pour vos articles doivent être reconnaissables, originales, susciter l'intérêt de vos publics-cibles sur les réseaux sociaux, leur donner envie de les republier.

Exemple avec cette agence de marketing de contenu basée en Belgique, We Are The Words (dont nous aimons lire les articles nous aussi) : ils ont opté pour des photos au style vintage afin d'illustrer leurs articles. Ça change, c'est original, n'est-ce pas ? En tout cas, nous, ça nous a plu. "On aime on vous en parle" comme on dit sur une certaine radio du service public 🙂

Mais, au-delà des bénéfices évidents d'une meilleure visibilité sur les réseaux sociaux, susciter l'engagement de vos publics-cibles est le meilleur moyen de toucher d'autres publics-cibles similaires. Ce que les réseaux sociaux vous proposent en mode payant avec la création d'audiences "lookalike" pour vos campagnes, notamment la régie Facebook/Instagram Ads.

Mettre en valeur vos articles sur vos comptes de réseaux sociaux

Aussi, que peut-on faire pour maximiser les bénéfices d'un blog professionnel grâce aux réseaux sociaux ?

Ils existes plusieurs techniques et tout éditeur sait que la diffusion et la mise en valeur de son contenu est cruciale (on ne vous apprendra rien sur les recettes des "buzz vidéos") :

  • publier le contenu à plusieurs reprises, en mettant en valeur tantôt un chiffre, tantôt une citation...
  • épingler le contenu en haut de votre page Facebook, de votre profil Twitter
  • transformer votre article... en vidéo

Suivez le guide

Convertir un article en vidéo marketing et maximiser sa visibilité sur les réseaux sociaux

Vous allez comprendre.

Prenons comme exemple un article sur la location de bureau : "Location de bureau : les 3 questions à se poser".

En reprenant les éléments principaux de cet article, on peut le convertir en vidéo.

Comment ? On vous propose une méthode ici avec un outil super pratique, découvert lors d'une journée de formation Facebook, Ripl :

  1. Choisissez autant d'illustrations que d'intertitres dans votre article : chaque photo ou image correspondra à une partie
  2. Résumez chaque partie de votre article, par exemple avec des bullets ; évitez les textes trop longs, synthétisez au maximum,
  3. Choisissez un thème avec des enchaînements esthétiques et une musique adaptée au style de votre communication.

L'application est tellement intuitive que vous trouverez facilement le mode d'emploi.

Nos conseils vidéo marketing :

  • Moins il y a d'illustrations, plus les enchaînements seront lents car une vidéo Ripl a une durée fixe de 60 secondes. Moins il y a de "tableaux", plus votre internaute passera de temps sur chacun. A vous, donc, de trouver le juste milieu entre le dynamisme de votre vidéo, le nombre d'informations que vous souhaitez faire passer, et le temps dont les internautes disposeront pour les lire.
  • N'oubliez pas que cette vidéo est un teasing, et que lorsque vous la posterez sur les réseaux sociaux, vous ajouterez forcément un lien vers l'article complet. Votre vidéo doit donner envie d'en savoir plus, d'interagir, de cliquer pour lire l'article. C'est à ça que servent les vidéos : attirer le regard. Autant s'en servir pour rediriger vers un article conçu comme une landing page.
  • Attention aux designs : testez-les avant d'en choisir un. Privilégiez les design "Clean and simple" pour du B2B, et laissez votre créativité s'exprimer dans le cas d'une activité en B2C.
  • Ce conseil vaut également pour le choix de la musique de fond : mettez-vous à la place de vos publics-cibles avant de choisir un morceau.

Ripl est une application mobile freemium dont l'abonnement s'élève à 15$/mois. C'est accessible et très simple d'utilisation.

3. Comment travailler son image d'expert sans un blog professionnel ?

Un blog professionnel est, avec les réseaux sociaux, un des moyens de montrer que vous êtes... vivant. Un blog, au même titre que vos comptes de réseaux sociaux, est un des meilleurs canaux pour montrer que votre société est active, qu'elle participe à des réussites, qu'elle gagne des récompenses, qu'elle contribue à la vie de la cité.

Sur un blog professionnel, les internautes peuvent également voir le nombre de "Like" et de partages de vos articles, les incitant à leur tour à s'intéresser à vos réalisations (biais de groupe). C'est pour cette raison d'ailleurs qu'existent des plugins de partage sur les réseaux sociaux comme Social Warfare, disponible sur WordPress (et sécurisé), qui facilitent le partage d'articles et peuvent faire apparaître ce type d'information.

Pensez audiences : la vôtre, celle qui ne vous connaît pas encore, celles des autres

Et puisque les audiences doivent être au centre de vos préoccupations, pensez aux audiences des experts dans votre secteur. C'est un conseil que vous avez dû lire à de nombreuses reprises mais répétons-le encore une fois : pensez aux "leaders d'opinion", aux professionnels reconnus et/ou spécialistes d'un domaine connexe au vôtre. Vous faire connaître auprès de son audience doit être un de vos objectifs à court ou moyen terme. A vous de trouver une idée de partenariat intéressante pour lui ou elle, sous la forme d'une interview, par exemple, à poster sur votre site dans la partie blog. Le travail de réflexion que vous aurez mené pour établir ce partenariat doit vous profiter à vous et être visible sur votre site.

Par ailleurs, quoi de mieux qu'un blog professionnel pour aborder des problématiques clients (et montrer que vous pouvez solutionner les problèmes de celui ou celle qui vous lit) ?

Quel meilleur support qu'un blog professionnel pour parler d'une récompense, un prix, ou une distinction que vous venez de gagner ?

Enfin, quel meilleur moyen que tenir un blog professionnel pour déployer votre humour, votre style, et créer une connivence avec vos prospects ?

Le blog, un support de vente en mode soft power : subtil mais efficace

En conclusion, un blog professionnel est un support d'informations mais aussi de persuasion. Moins frontal qu'un contenu promotionnel, moins premier degré, mais pas moins efficace.

Un blog répond aux questions que se posent vos publics-cibles qui ne vous connaissent pas encore, et qui ont besoin de plus d'éléments pour affiner leur choix.

L'intérêt du blog réside dans le fait qu'il supporte tous les formats -textes, images, GIF, vidéos, publications de réseaux sociaux...- et qu'à ce titre, il peut contenir toutes les informations vous concernant.

Par ailleurs, s'il est cohérent d'un point de vue éditorial, il vous aide à entrer dans le champ de vision de prospects et/ou de futurs partenaires qui ont l'impression, ainsi, de mieux vous connaître. A l'heure où les internautes, particuliers ou professionnels, expriment leur rejet de la publicité et des campagnes trop intrusives, il leur donne le loisir de vous choisir. C'est l'objectif de toute démarche marketing.